S'identifier - S'inscrire - Contact
PP_SS_TITRE_GRIS_BLEU_TRSP_17_06_12

¬ VIGNETTES PAR MOTS-CLÉS #

N.B : droits de reproduction ♥ je ne travaille ni avec dossiers de presse ni en collaborations pour publications d'articles... merci
1998 Publications - Certaines photographies ne sont pas récentes. Il est possible qu'elles ne soient pas à jour, soient déplacées ou supprimées
Désolée, le serveur bug de temps en temps [raison non trouvée] et du coup Photos Promenade n'est pas toujours accessible.

Marcher sur le temps - jujuly

Par suzanne • ◎ JEUTIMAGINE ◎ • Mercredi 23/03/2005 • 1 commentaire  • Lu 3202 fois

© suzanne/ECHAF4

Non loin de chez moi, un homme marchait sur le toit d’une maison.
Je ne voyais pas son visage.

Ça pourrait paraître anodin.
Quelqu’un qui répare ses tuiles.
Bon.
Après tout, les tuiles, ça s’abîme, on peut bien les réparer, non ?
Et puis il n’est pas non plus obligé de regarder bien en face de lui pour qu’on voie son visage,tout de même.
Parce que c’est nettement moins pratique, quand on veut inspecter une toiture.
D'ailleurs de quoi je me mêle?

SAUF QUE…
ce monsieur était en pardessus noir et coiffé d’un chapeau de feutre.
OR…
d’une façon générale, les messieurs en pardessus et chapeau ne courent pas les rues de notre village de 4 000 habitants.
Les messieurs en pardessus et chapeau marchant sur le toit des maisons, les courent encore moins.
(les rues)
(les messieurs)
(Les messieurs marchant sur les toits courent encore moins les rues).
(C’était ça, la tournure à comprendre)
(Normal, s’ils marchent, ils ne courent pas)

(Rhaa, cette manie de m’emberlificoter...)

Donc…
Subitement, flash.
Je suis transportée pas mal d’années en arrière.
(en vrai : vingt)
(mais "transportée 20 ans en arrière", arrghh!)
Bref.
À la fin de mes études, six mois à Madrid.
L’exposition Arroyo.
Ses hommes en pardessus et chapeau noir.
Sans visage.
Ou, plus exactement, soit de dos, soit de trois-quarts et le visage sans traits, ou bien le visage composé de petites touches multicolores.


C’est curieux, je me souviens avoir adoré ce peintre, à l’époque. J’avais même acheté (et gardé) le catalogue de l’expo. Et pourtant, là, en le feuilletant (puisque gardé ET retrouvé), je ne suis pas vraiment touchée par ces personnages.
Peut-être que le papier ne peut pas restituer la magie.
Ou bien...

On change.
C’est comme ça.
Il y a des choses qu’on aimait et qu’on aime toujours.
D’autres qu’on a aimées et qu’on aime moins.
Et puis d’autres qu’on aimait et qu’on aime avoir aimé parce que c’étaient des passerelles.

En tout cas, ça m’a plu, quand même, d’être un instant
comme dans un tableau d’Eduardo Arroyo.

 

Marcher sur le temps / jujulyext


Albums photos mosaïques # : ,

Commentaires

Lien croisé par j'oublie de me présenter le Mercredi 23/03/2005 à 10:20

tgJOUE : "jolie participation poétique de jujuly au JEUTIMAGINE : marcher sur le temps"



¬ boîte à outils - Droits de reproduction



¬ Mes autres mises en ligne